Docteur Strange : une nouvelle dimension

Hier soir j’ai profité d’une de ces soirées d’automnes, où tout ce que l’on souhaite c’est rester au chaud, pour aller voir au cinéma le dernier Marvel en date : Docteur Strange (2016) de Scott Derrickson. C’est ici seulement  mon troisième « ticket ciné » pour cette année, et si j’avais prévu d’écrire une bafouille notamment sur Captain America : Civil War ou encore Suicide Squad, j’ai trop longtemps laissé trainer. J’espère, avec l’aide du Docteur, dynamiser à nouveau cette rubrique afin de partager mes sentiments concernant mes prochaines sorties ciné.

Oublier ce que tu crois savoir

Le Docteur Stephen Strange est un neurochirurgien new-yorkais, talentueux et mondialement reconnu. S’il a mis son talent au service de la médecine, Strange n’en reste pas moins une personne arrogante et présomptueuse, n’acceptant que les cas les plus difficiles afin de préserver sa gloire et sa fortune. Si certains parleront d’accident, de malchance ou de fou du volant, d’autre évoqueront le karma pour expliquer le brutal accident de voiture de Stephen Strange alors qu’il se rend à une cérémonie dont il est l’invité d’honneur. Dans cet accident le neurochirurgien perdra alors tout ce qu’il a de plus précieux, l’usage de ses mains.

Docteur Strange 1 cheeky-gamer.jpg
Stephen Strange est un brillant neurochirugien

Allant de bloc opératoire en bloc opératoire, Strange dépensera toute sa fortune dans des opérations chirurgicales toutes plus folles que les autres afin de retrouver la dextérité qui a fait sa réputation. En vain. Aigri, l’ancien neurochirurgien perdra dans son amertume tous ceux à qui il tenait dont sa collègue et amie Christine Palmer. De plus en plus détestable et au bord du gouffre, Stephen Strange va avoir vent du cas de Jonathan Pangborn qui aurait du jour au lendemain retrouvé l’usage de ses membres après un accident l’ayant paralysé. Vent d’espoir pour le Docteur qui, ni une ni deux, retrouve le bien nommé Pangborn qui prodiguera à Strange un conseil ô bien incompréhensible. Celui d’oublier tout ce qu’il croit savoir et de se rendre à  Kamar-Taj au Népal.

docteur-strange-2-cheeky-gamer
Lorsqu’il arrive à Katmandou Strange n’a plus rien à perdre mais n’imagine pas ce qu’il va voir

C’est un aller simple pour Katmandou que s’offre alors l’ex-chirurgien. Dans la capitale népalaise il fera la rencontre de Mordo qui, lui, le guidera jusqu’à la Sorcière Suprême. Cette dernière accepte de le prendre sous son aile et lui enseignera les arts mystiques. C’est alors une multitude d’univers magiques et mystiques qui s’ouvrent alors à Strange dont la soif de savoir et de guérir est freinée par l’arrogance de l’homme de science qu’il est encore. Le docteur va apprendre à désapprendre et redéfinir l’irrationnel pour au fur et à mesure des entraînements ou du temps passé à méditer voir son pouvoir mystique s’agrandir.

docteur-strange-3-cheeky-gamer
L’ancien enseignera à Stephen Strange les Art Mystiques, leurs pouvoirs, leurs mystères et leurs dangers

Alors qu’il fait des progrès fulgurants, la Sorcière Suprême initie Strange aux dangers du multiverse et des pouvoirs mystiques. En effet, si les Avengers protègent la terre des dangers physiques, les disciples du Kamar-Taj la protègent des forces magiques qui pourraient la détruire. C’est le cas d’un ex-disciple de l’Ancien du nom Kaecilius contre qui le Docteur Strange va devoir défendre New-York puis notre chère planète bleue.

Docteur Strange 5 cheeky-gamer.jpg
Tout comme Strange avant lui Kaecilius fut le disciple de la Sorcière Suprême

Une nouvelle dimension

On ne va pas tourner autour du pot, Docteur Strange est une « origin story » classique et les studios Marvel nous y ont plutôt bien habitués ces huit dernières années. Alors oui ça fera râler les plus grincheux mais ces « origin story » permettent à la Maison des Idées de définir les origines d’un personnage et de cadrer son univers avant de l’intégrer dans l’univers étendu. Si ces premiers films sont intéressants, personnellement je les apprécie d’autant plus lorsqu’il traite de personnages dont je ne connais pas vraiment les origines et l’univers. Et c’est le cas de Strange qui malgré quelques heures de gloire dans les années 60-70, est un super-héros qu’on pourrait qualifier de « seconde zone » pour le grand public. C’est d’autant plus intéressant que l’univers du sorcier est bien différentes des autres productions Marvel.

Docteur Strange 4 cheeky-gamer.jpg
Visuellement les pouvoirs mystiques sont époustouflants

C’est bien l’univers de Docteur Strange, le principal atout de ce film. L’exil du Docteur à Kamar-Taj signe également l’exil des spectateurs qui découvrent avec le protagoniste un monde absolument renversant.  Strange plonge alors dans un univers occulte et mystique, il y découvre le multiverse, des mondes défiant les lois de la physique, du temps et de la science. Tout comme lui, et tout comme Yoda l’avait préconisé dans une galaxie lointaine, le spectateur doit désapprendre tout ce qu’il a appris.

Docteur Strange 6 cheeky-gamer.jpg
Strange va vous faire rentrer dans une nouvelle dimension, bouleverser vos sens et vous mettre la tête à l’envers

Il faut dire que les studios Marvel ont mis le paquet sur les effets spéciaux, on se sent alors vraiment transporté et projeté, d’univers en univers. C’est parfois un peu difficile pour l’œil de suivre mais c’est, il faut le souligner une fois encore, extrêmement bien pensé. Certaines scènes urbaines sont librement inspirées d’Inception (2010), les grattes ciels s’élèvent, le ciel cède sa place aux routes et leur flux de voitures et la ville devient une Galerie des Glaces infinies. Cela donne alors une des scènes d’action les plus folles du film où il n’est plus nécessaire de se fier à ses sens pour ainsi laisser la Docteur guider la danse.

Un homme et une cape

Par ailleurs c’est le Docteur qui mène la valse tout au long du film. Orgueilleux et présomptueux dès ses premières minutes à l’écran, il est étonnant de voir que l’accident qui l’a détruit et dont il est le seul responsable ne lui permet pas de se remettre en question. C’est un homme alors brisé, tant physiquement que psychiquement, que l’on accompagne dans une remise en cause difficile de ses idéaux. Si son apprentissage des arts mystiques à Kamar-Taj peut paraitre simplement survolé et simpliste, il est intéressant de voir comment Stephen Strange continue de s’élever psychiquement et spirituellement tout au long du film. Docteur Strange permet de mettre en relief et de traiter les questions de l’irrationnel et de l’occulte, des croyances ou encore l’importance et le prix des actes. Strange est porté par l’excellent, comme à son habitude, Benedict Cumberbatch (Scherlock, Imitation Game, Star Trek) qui nourrit le héros Marvel de son charisme.

docteur-strange-7-cheeky-gamer
Le Docteur Strange brille également par le charisme de l’acteur qui le joue, Benedict Cumberbatch

Si Benedict Cumberbatch obtient une mention spéciale pour son interprétation de Stephen Strange, il n’est pas le seul à tirer son rôle vers le haut. En effet, et cela n’engage que moi, mais j’ai vraiment apprécié Tilda Swinton (Le Monde de Narnia, Benjamin Button, A Bigger Splash) dans son rôle de l’Ancien, ou Sorcière Suprême c’est vous qui voyez. En revanche, je regrette que Mads Mikkelsen (Hannibal, Casino Royale) dans son rôle Kaecilius n’ait pas été plus exploité par la production et le réalisateur, surtout lorsqu’on connait le talent de Mikkelsen.

Docteur Strange 8 cheeky-gamer.jpg
Un nouveau héros est né ce mois-ci dans le Marvel Cinematic Universe, et il a une cape ! 

Afin de terminer sur une note positive, j’aimerais évoquer également le formidable jeu d’acteur de la cape du Docteur Strange. Plus sérieusement j’ai trouvé plutôt intéressante la façon dont la cape de lévitation a été amenée. Elle n’est pas qu’une simple relique, comme cela est suggéré au début du film, et parait très rapidement animée et indépendante. Pendant une des scènes d’action elle vole même la vedette à l’ex-neurochirurgien en participant à l’insu de ce dernier au combat. En fouinant un peu ce matin, j’ai pu lire que certains spectateurs voyaient la cape comme un hommage au tapis volant d’Aladdin (1992) lui-même totalement personnifié. Une chouette vision de la cape de lévitation mais Stephane Ceretti, superviseur des effets spéciaux sur Docteur Strange, a récemment avoué s’être inspiré de Rockett Raccoon et du travail fait par les équipes de James Gunn sur les Gardiens de la Galaxie pour rendre cette cape de lévitation plus vivante. Pari réussi tant cet artefact est expressif et personnifié.

Le mot de la fin

Pour clore ce « ticket ciné », Docteur Strange est un bon film d’introduction pour ce héros Marvel dont l’univers reste peu connu du grand public. Si le scénario et la narration n’étonnera personne, et fera certainement fuir les plus ronchons, cela reste un excellent divertissement pour lequel les personnages et les effets spéciaux ont vraiment été soignés. Docteur Strange ouvre le Marvel Cinematic Universe à d’autres mondes, d’autres menaces et ce n’est pas pour déplaire. Personnellement j’ai vraiment hâte de voir la suite des aventures du Docteur et comment celui-ci va être amené dans les prochains Avengers.

Gif Adventure Time 4 cheeky-gamer.gif
Je vous laisse les geeks, j’ai encore pleins de dimensions à visiter

17 réflexions sur “Docteur Strange : une nouvelle dimension

  1. Le ticket vers une autre dimension conduit ainsi direct chez le Docteur, un toubib qui doit gagner les cœurs des néophytes en Marvelverse. Le job est effectivement bien fait, les effets renversants, manque peut-être un peu d’originalité dans le traitement et dans le contour des personnages, non ? De la part de Derrickson, un petit côté dark aurait été bienvenu plutôt que le trip bouddhiste new age. Bel article au passage 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai pas le sentiment qu’il y ait un réel manque de traitement des personnages, mais je pense juste qu’il est difficile dans un film aussi condensé d’aller plus loin dans l’exploration de ces derniers. Je suis d’accord avec toi, il est un peu facile le « trip bouddhiste new age » … mais bon, il faut plaire au plus grand nombre ;).
      Merci beaucoup pour ton commentaire 🙂

      J'aime

  2. J’étais tellement hype par ce film dés son annonce. En fan hardcore Marvel et n’aimant pas les films avengers l’annonce d’un Docteur Strange m’a rendue plus qu’heureuse, et dans mon article sur le film,on se rejoint sur certain point. Il est beau, mais basique. Et en même temps, on est dans du Marvel… Les comics sont eux aussi très convenu. Ceci étant dit, dans la nouvelle génération d’avengers, Docteur strange aura une place de choix.

    Aimé par 1 personne

    1. J’étais plutôt enjoué de le découvrir aussi, les « origin story » Marvel sont vraiment bonnes et j’apprécie vraiment découvrir ces super-héros qui sont restés trop longtemps dans l’ombre de leurs aînés :). Qui plus est, ça fait plaisir d’avoir à nouveau un personnage en solo sans quinze supers-acolytes à ses côtes!
      Oui! J’ai vu récemment que Strange faisait partie de l’équipe des derniers vengeurs, je n’étais pas au courant car je me suis arrêté aux « new avengers » … Shame on me! Il peut vraiment apporter quelque chose de sympa à l’équipe :).

      J'aime

      1. Clairement ouais. Puis c’est lui qui a créer les defenders avec Hulk & co’… J’aurais aimé voir ça en série. Je suis beaucoup plus fan des série Marvel/Netflix que des films. (j’vais passé pour une connasse arogante mais tellement mainstream à mon gout) et bientôt le film sur Black Panthers et ça.. Ils ont a pas interet à le louper parce que j’adore Black Panthers. J’avoue que depuis le desastre de XMEN3 & surtout Wolverine les origines (sachant que Wolverine est mon super héro préfèré j’ai cru que j’allais faire une attaque en voyant le film…) j’suis beaucoup moins fan des films Marvel. (même si j’apprécie les Iron Man,mais plus pour l’acteur principal qu epour le film en lui même je pense. Bref.. De toute façon, des films Marvel on va en bouffer pendant encore 20 ans alors.. Tant mieux si ils ouvrent leurs horizons et nous sortent des héros du placards (et quand je dis placard, je parle pour les non-lecteurs de comics.)

        Aimé par 1 personne

    1. Personnellement je serais toi j’irais le voir sans passer par le comic, surtout que le Docteur se fait vieux et que ça peut être un brin agaçant de lire les récits originaux. En revanche à l’occasion de la sortie du film Pannini a réédité quelques unes des plus célèbres aventures de Strange et là il peut être intéressant de s’y plonger après la séance :).
      Je ne connaissais pas beaucoup non plus le Docteur Strange, mis à part quelques souvenirs de lui dans le dessin animé Spiderman de mon enfance :D! Mais le film se suffit à lui même, c’est bien joué, bien monté, on un scénario de comic, de l’action et de l’humour. Que demande le peuple, aha :).

      Aimé par 1 personne

  3. Les effets spéciaux étaient vraiment impressionnant dans la mesure où l’immersion était très bien faite ! Je te conseille les dessins de Steve Ditko, qui a créé le perso d’ailleurs, pour replonger dans l’univers sous LSD du multiverse ! 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Il est clair que par moment ça retourne la tête, il faut avoir le cœur bien accroché si on veut éviter de finir tête la première dans les pop-corn 🙂.
      Je l’ai vu en 2D et toi? J’imagine qu’en 3D ça donne pas mal 🙂.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s